montpellier,

Montpellier Deux étudiantes vivent depuis un an avec des milliers de mouchards

Jane Jane Temps de lecture 2 minutes
Montpellier  Deux étudiantes vivent depuis un an avec des milliers de mouchards
Pubs
De la vidéosurveillance, illustration. De la vidéosurveillance, illustration. — Pixabay

Pour une expérience scientifique, deux étudiantes montpelliéraines ont vécu pendant un an dans un appartement bardé de mouchards électroniques. Résultat : les occupantes ont peu à peu « oublié » cette surveillance et les flots de données qu’elle a générés.

Sol connecté, capteurs de mouvement, de consommation d’énergie, de confort, de qualité de l’air ou de la présence d’ondes radio : pendant un an, la collecte des données de ces deux cobayes a été massive. Le but de l’expérience, baptisée HUT (Human at home), est de « comprendre les usages, voir ce qui est utile, souhaitable et ce qui ne l’est pas humainement dans l’appartement du futur », a détaillé lors d’un premier bilan Alain Foucaran, directeur de l’Institut d’électronique et des systèmes de l’Université de Montpellier.

Un appartement chaleureux malgré tout

Si les occupantes ont oublié cette surveillance électronique petit à petit, leur entourage, lui, la leur rappelait fréquemment. Les deux étudiantes ont apprivoisé les lieux de façon différente. L’une a investi l’appartement « par défaut et par effet de contamination », l’autre a exploré plus en profondeur ses particularités avant d’y marquer son empreinte en procédant à une « nidification ».

Toutes deux ont qualifié l’appartement de « chaleureux » et ont ressenti un bien-être psychologique tout au long de ces dix mois. Un imposant bouton rouge avait été placé dans l’appartement. En cas de besoin de tranquillité totale, les occupantes pouvaient choisir de l’actionner, provoquant l’arrêt immédiat de la récolte des données.

Des modifications architecturales à venir ?

Sur l’année universitaire, « jamais ce bouton n’a été actionné », a précisé Anne-Sophie Cases, professeur à l’université de Montpellier en charge de e-marketing et qui menait des entretiens avec les étudiantes tous les mois.

Les déplacements dans l’appartement ont montré que les deux résidentes utilisaient très régulièrement certains lieux de l’appartement et n’occupaient jamais d’autres parties des pièces. Ces données devraient permettre de réfléchir à des modifications de l’espace architectural plus approprié aux besoins quotidiens.

Autocensure et nouvel appartement

A l’avenir, les chercheurs souhaitent passer d’un appartement à un immeuble connecté. Un biais « d’autocensure » a aussi été constaté. L’une d’elles s’est parfois empêchée d’inviter des personnes chez elle afin d’éviter d’expliquer le principe de son appartement. Les chercheurs ont indiqué vouloir davantage accompagner et rassurer les futurs résidents.

Validée par un comité d’éthique composé de chercheurs, notamment du CNRS, la protection des données produites par les occupantes a été, dès le début, renforcée et poussée au-delà de la réglementation française. Leurs noms n’ont pas été dévoilés. Le Projet HUT mobilise un investissement de cinq millions d’euros sur trois ans.

Pour la deuxième année, le projet HUT 2 collectera de nouvelles données, notamment sur les postures des deux nouvelles occupantes, entrées mi-septembre dans le logement connecté.

Jane
Édité par Jane
Blogger, fashionista, Ancienne responsable e-commerce!