sport,

Losc-Nîmes « On a eu beaucoup trop de déchet », soupe à la grimace pour Christophe Galtier

Jane Jane Temps de lecture 2 minutes
Losc-Nîmes  « On a eu beaucoup trop de déchet », soupe à la grimace pour Christophe Galtier
Pubs

FOOTBALL Les Lillois n’ont pas répondu présent sur le terrain, et leur entraîneur n’est pas content

Christophe Galtier n'a pas aimé le match de son équipe Christophe Galtier n'a pas aimé le match de son équipe — Michel Spingler/AP/SIPA

Au stade Pierre Mauroy,

On aurait bien aimé vous relayer les propos des Lillois, mais ce sera pour une autre fois. La zone mixte, ce traditionnel lieu où les joueurs croisent les médias et s’arrêtent dire quelques mots si le cœur leur en dit, est restée désespérément vide. Si les Nîmois ont défilé, on attend encore les Nordistes, partis par une porte dérobée. On ne saura donc pas quel est leur avis sur ce match nul, même si on imagine qu’ils sont déçus.

« Sursaut d’orgueil »

Pour les déclarations, il faut donc se tourner vers l’entraîneur. Pas content de la performance de ses hommes, Christophe Galtier n’a pas cherché à les caresser dans le sens du poil. « Rapidement on a eu beaucoup trop de déchet et d’erreurs techniques individuelles et on a rendu trop rapidement le ballon, soupire le coach. Notre bloc était coupé en deux. On a rendu une pâle copie. »

Décider à trouver « les raisons » de cette (quasi) sortie de route, il a toutefois noté la bonne fin de match, dans la lignée d’un premier quart d’heure cohérent. « Il y a eu chez certains un petit sursaut d’orgueil pour mettre plus de détermination et d’intensité. On n’apprécie pas ce point car c’est une contre-performance, mais à dix minutes de la fin on n’en avait pas… »

Fatigue physique et mentale ?

Après le match contre Chelsea, Galtier s’était voulu plutôt positif sur l’attitude générale de son groupe. Tout en soulignant les erreurs défensives préjudiciables à ce niveau, il avait remarqué la hausse de niveau d’intensité.

La réception de Nîmes a paradoxalement confirmé ses propos du mercredi soir, l’adversaire étant bien moins létal sur les nombreuses erreurs nordistes. Avec une telle attitude sur le plan défensif, le Losc en aurait probablement pris cinq ou six contre les Blues.

La théorie la plus évidente, c’est évidemment que la débauche d’énergie s’est payée. A la fois dans la concentration, avec un relâchement compréhensible mais très marqué, et sur le plan physique. Les retours défensifs se sont faits plus rares, les appels moins tranchants.

« Il faudra trouver les maux sur ce match-là car ce que j’ai vu ne correspond pas du tout à ce que nous faisons depuis un an, peste Galtier. J’ai trouvé que l’équipe a trop rapidement lâché. » Elle s’est pourtant réveillée pour revenir au score. Avant la trêve, et alors que se termine un marathon de matchs, c’est mieux que rien. Mais on a connu plus grande satisfaction.

Jane
Édité par Jane
Blogger, fashionista, Ancienne responsable e-commerce!